fr FR zh-CN ZH-CN nl NL en EN de DE it IT ja JA no NO pt PT ro RO ru RU es ES

Sa vie

Django Reinhardt

Une vie libre

Famille de Django Reinhardt

1910

Django Reinhardt est né dans une roulotte manouche le 23 janvier 1910 près de Charleroi en Belgique, de Laurence Reinhardt et Jean Baptiste Weiss.

Son père ayant signé l'acte de naissance avec le nom de sa mère, Django sera Reinhardt.

Sa famille fait partie des Sinté, appelés manouches en France, un groupe ethnique Rom dont les ancêtres étaient originaires du Pakistan et d'Inde.

Elevé par sa mère Laurence, dite « Négros », il passera une bonne partie de sa jeunesse à voyager en France, en Italie ou en Algérie pour fuir la Première Guerre mondiale, avant que sa famille ne se fixe définitivement à Paris, à la porte de Choisy, puis à la porte d'Italie.

Django banjoInitié à la musique par le violon, il découvre le banjo-guitare, offert par un oncle, à l'âge de 12 ans, qu'il utilisera, déjà avec une dextérité précoce, dans l'orchestre de son père au début, puis dans les cours d'immeubles, les rues, et les cabarets. Le banjo-guitare avait un avantage sur la guitare dans les orchestres : sa puissance sonore, sans amplificateur.

1928

L'accordéoniste Vetesio Guerino l'emploie dans son orchestre, puis Jean Vaissade le remarque également, et l'embauche pour enregistrer un premier disque. D'autres artistes connus à l'époque prendront le jeune prodige dans leur orchestre.

Malheureusement, la veille de son départ pour de nouvelles aventures dans l'orchestre de Jack Hylton, un incendie se déclare dans la roulotte de Django, où il vivait avec sa première femme Bella Baumgartner. Les fleurs en celluloid qu'elle vendait avait pris feu au contact d'une bougie.

Django, grièvement brulé à la jambe droite et à la main gauche, doit passer 18 mois à l'hôpital. Vu l'état de sa main gauche, avec 2 doigts paralysés, sa carrière musicale aurait pu sembler compromise. Mais c'était sans compter sur la ténacité du virtuose, quand son jeune frère Joseph lui apporta une guitare pour passer le temps à l'hôpital, le banjo étant trop bruyant. ....

1930

Au printemps, une commission de contrôle militaire lui rend visite à l'hôpital, pour juger de son état de santé.  Django, 20 ans à l'époque, devait accomplir son service militaire, mais, ne sachant pas lire, il n'avait pas répondu aux lettres de convocation depuis deux ans. Ses blessures lui permettent d’être exempté.

1933 Django

1930

Pendant ses 18 mois d'hospitalisation, suite à l'incendie de sa roulotte, Django n'a pas lâché la guitare apportée par son frère Joseph, et a élaboré une technique de guitare adaptée à son handicap : l'auriculaire et l'annulaire de la main gauche bloqués. Cette difficulté lui a fait découvrir des nouvelles formes d'accords, finalement plus évolués que ceux qui était habituellement utilisés dans les orchestres de danse de l'époque, et une nouvelle technique d'improvisation, permettant d'assouvir sa créativité impressionnante.

1931

Django est descendu dans le sud avec Naguine (Sophie Irma Ziegler), sa nouvelle compagne qui deviendra sa seconde femme. Après quelques semaines difficiles à Nice, il retrouve son frère Joseph ("Nin Nin") à Toulon. Ils joueront ensemble dans les cafés et les bordels, pour gagner quelques sous.

C'est dans un de ces cafés qu'ils rencontrent Emile Savitry, peintre et photographe, qui les héberge et leur fait écouter des disques de jazz, Duke Ellington et Louis Armstrong en particulier. Django est complètement subjugué. A partir de cette période, fini les petits orchestres de bals, et place aux formations de jazz, et aux très nombreuses rencontres avec des chanteurs et musiciens de jazz célèbres.

Boite a matelotLa Boite a matelotsC'est également dans ce contexte que Django rencontre et collabore avec Louis Vola, accordéoniste et contre-bassiste, qui dirige un orchestre au Lido de Nice, mais dans un répertoire qui ne correspond plus vraiment aux orientations de Django. Coup de chance : Louis Vola est également passionné de jazz ...

Peu de temps après, Django et Joseph seront à nouveau sur scène avec l'orchestre de Louis Vola au Palm Beach de Cannes, dans" La Boite à Matelots", avec, comme bien souvent, des soirées avant lesquelles le chef d'orchestre sillonne la ville pour retrouver Django, qui avait autre chose à faire.

1932

1932 sera ainsi une année paisible pour Django et son frère à la Côte d'Azur, et à l'abri du besoin, pendant laquelle il participera même au tournage du film "Clair de lune" de Henri Diamant-Berger, dont il semblerait que toute trace ait disparue.

Quand, voyant le succès de ce spectacle à Cannes, Léon Volterra monte la même "Boite à matelots" à Paris, il descend à Cannes pour auditionner l'orchestre et leur faire signer un contrat de 5 mois. Deux mois plus tard, à la fin des travaux de la nouvelle" Boite à matelots", toute l'équipe débarque à Paris, en décembre 1932. Sur la scène du nouveau spectacle : Django Reinhardt (guitare), Marco (piano), Paul jean-Jean (saxo ténor), Rumolino (saxo baryton), Léon Ferreri (violon), Joseph Reinhardt (guitare), parfois remplacé par Roger Chaput, Louis Vola (contrebasse), Bart Curtiss (batterie),

1933

En mars, Louis Vola retourne au Palm Beach de Cannes, avec un contrat de longue durée, et Django retravaille avec l'accordéoniste Guérino (qui avait été son premier employeur).

Cette année là, Django aura également l'occasion d'accompagner et d'enregistrer en studio avec Jean Sablon, célèbre crooner de l'époque, et fan du guitariste manouche.

En 1931-32, il va également travailler dans l'orchestre du club "La Croix du Sud" d'André Ekyan, dans lequel jouent également Stéphane Grappelli, Alain Romans, et Alix Combelle. Une première rencontre avec Grapelli, qui aura des suites.


1934 QHCF1934 - S. Grappelli, Baro Ferret, Django, ?, Challain FerretDjango Reinhardt et Stéphane Grapelli,  rencontré précédemment dans l'orchestre de Louis Vola, rejoignent le Hot Club de France, dirigé par Pierre Nourry, Charles Delaunay et Hugues Panassié, qui faisait la promotion du jazz, et créent le Quintette du Hot Club de France, avec Joseph ("Nin-Nin") Reinhardt et Roger Chaput à la guitare rythmique, et Louis Vola à la Contrebasse. Cette formule innovante, basée sur des musiciens aussi remarquables, va rapidement remporter un vif succès lors de leurs tournées en Europe.

A cette époque, Django va également écumer les scènes parisiennes, souvent en compagnie de célébrités américaines du jazz : Louis Armstrong, Duke Ellington, Eddie South, Coleman Hawkins, Rex Stewart, Freddy Taylor ... A chaque fois, ces artistes déjà célèbres sont espoustouflés de constater les performances de Django, qui s'adapte instantanément à n'importe quel thème, sans partition, tant en boostant l'accompagnement qu'en improvisation.

1935

QHCF 19351935 - S. Grappelli, Django, E. Vées, Louis Vola, Roger ChaputLe guitariste Baro Ferret, déjà célèbre, remplace Roger Chaput en studio.

De 1935 à 1937, Django engage également un jeune guitariste d'origine guadeloupéenne, Henri Salvador.

1939

La guerre éclate, et le quintette de Django et Stéphane est en tournée en Angleterre. Le groupe décide de rentrer en France, mais Stéphane Grapelli, malade, est retenu à Londres.

 

QHCF electriqueQHCF - H. Rostaing, P. Fouad, Django, E. Soudieux, J. ReinhardtEn 1939, à son retour en France, Django n'est pas mobilisé pour la guerre qui se prépare, à cause de (grâce à) sa main handicapée, et sans doute, un statut administratif particulier des "gens du voyage". 

Durant cette période trouble, la plupart des musiciens américains sont rentrés chez eux.

1940

1940 verra également la création de l'orchestre Django's Music : une douzaine de musiciens dont plusieurs cuivres. Comme toujours avec Django, cette formation fonctionne avec des arrangements anticonformistes, et sans papiers ... à musique. Ils se produiront en particulier sur la scène du Jimmy's bar, avec Philippe Brun (trompetiste et chef d'orchestre), André Ekyan (saxophone, clarinette, et chef d'orchestre), accompagné par Emmanuel Soudieux (le contrebassiste préféré de Django), Pierre Fouad (batterie), Charlie Lewis (piano), Joseph Reinhardt (guit.) et Eugène Vées (guit.). A l'occasion, Henri Salvador et son frère André font partie de l'équipe.

Cette même année, Django, qui a besoin d'un nouveau soliste dans son orchestre, embauche le jeune saxophoniste-clarinettiste Hubert Rostaing, auquel il demandera de se contenter de la clarinette.

Django continue donc les tournées et les enregistrements en studio avec un QHCF modifié : Hubert Rostaing, à la clarinette, qui remplace Grapelli au violon, ainsi qu'un batteur : Pierre Fouad. Occasionnellement, Lousson Reinhardt, le premier fils de Django, rejoint également l'équipe à la guitare rythmique à la fin des années 40.

Le 10 juin 1940, les allemands défilent dans Paris. Comme des millions de Français, Django et Naguine s'enfuient dans le sud de la France. Après l'armistice signé par Petain, Django revient dans un Paris quasi désert, envahi de croix gammées et de soldats allemands peu cordiaux.

A l'automne 1940, Django et ses compères enregistrent son morceau le plus célèbre : Nuages. Une deuxième version sera enregistrée en fin d'année avec une deuxième clarinette, Alix Combelle, et Tony Rovira à la basse.

 Fin 1940, Charles Delaunay organise de nombreuses séances d'enregistremenst pour Django, avec Christian Wagner (clarinette), Alix Combelle (saxophone), et l'orchestre de Pierre Allier (trompette), entre autres.

1941

Django va se consacrer essentiellement à la scène, à part un enregistrement avec Charles trenet, et commence à bien gagner sa vie. Argent rapidement dilapidé dans les jeux, en vêtements, ou donné à des cousins manouches.

Avant chaque concert, l'inquisition allemande contrôle les répertoires prévus pour la soirée, et refuse toutes compositions américaines. C'est ainsi que "Saint Louis Blues" s'appelle désormais "La tristesse de Saint Louis", "In the mood" devient "Ambiance", et "Lady Be Good" devient ... "Les Bigoudis" !

Par chance, Django était déjà célèbre en allemagne avant la guerre. Plusieurs gradés allemands en fonction à Paris, fans du guitariste, s'arrangent donc pour ne pas l'inquiéter, et profitent de l'occasion pour venir l'écouter sur scène.

1942

1943 beziers 1942Pierre Fouad et Tony Rovira ont déjà quitté le navire, lassés des querelles d'argent au sein du groupe, et Django reconstitue un orchestre avec Emmanuel Soudieux (contrebasse) et Eugène Vées ("Ninine") à la guitare rythmique, ainsi qu'André Jourdan à la batterie.

S'en suivra une tournée en Belgique, terre natale de Django, agrémentée d'un enregistrement de studio avec les excellents orchestres de Fud Candrix (saxophoniste/clarinettiste), puis de Stan Brenders. 

Durant l'été 1942, Django et son quintette feront une tournée dans le Nord de la France, puis dans le Sud.

Arrivés à Alger pour une série de concerts, Django refuse les termes du contrat (qu'il ne lit pas), stipulant 2 concerts par jour, et revient en France, laissant ses musiciens assurer le contrat sans lui. A leurs retrouvailles à Nice, puis à Paris, les griefs contre le comportement de Django se soldent pas un éclatement du groupe. Hubert Rostaing l'ayant quitté, Django embauche André Lluis, puis un second clarinettiste : Gérard Lévêque, pour répondre à un contrat à la salle Pleyel. En section rythmique : le fidèle Eugène Vées (g), Jean Storne (cb) et Gaston Léonard (batt.). Cette formation enregistrera 4 titres en février 1943. 

1943

Django enregistre une deuxième fois avec le grand orchestre belge de Fud Candrix, de passage à Paris.

En juin1943, Django épouse sa seconde femme, Sophie Ziegler à Salbris, dans le Loir-et-Cher. 

Sollicité par les allemands pour aller jouer en Allemagne, Django décide de s'enfuir en Suisse, près du Lac Léman. Il se doute qu'en Allemagne, il ne sera pas loin des camps dans lesquels croupissent des milliers de tziganes. Arrivé à Thonon-les-Bains, avant de tenter le passage en suisse, il joue pendant un mois dans une auberge, avec Gérard Lévêque et André Jourdan (batterie) qui l'ont rejoint, devant un auditoire constitué d'un mélange d'uniformes allemands, et de maquisards discrets.

Après deux tentatives de passage en Suisse, Django est contraint de rentrer à Paris. Avec Gérard Lévêque, ils reforment un quintette, et entament une tournée en France, de fin 1943 à début 1944, durant laquelle l'accueil est toujours très enthousiaste. Django est déjà célèbre depuis longtemps.

1943 Leveque Django

1944

De retour de cette tournée, la patronne de la petite boite de nuit "La roulotte", surnommée "Lulu de Montmartre", propose à Django de consacrer son établissement à ses prestations. Django accepte, bien que la scène et la salle soient très exigus, et la clientèle très ... hétéroclite. La boite s'appellera désormais "Chez Django Reinhardt". 

Le 8 juin 1944, deux jours après le débarquement, Naguine met au monde le petit Babik (Jean Jacques), futur guitariste lui aussi, et la petite famille doit souvent se réfugier dans l'abri anti-aérien du métro Pigalle, pendant les bombardements.

De nombreux soldats américains, arrivés à Paris en Août, connaissent déjà Django Reinhardt et se précipitent au cabaret du même nom, à la grande surprise de Charles Delaunay. Django se produit alors à L'Olympia, devant les soldats français et américains, avec un certain Fred Astaire.

C'est également en fin 1944, que Django retravaille sur sa messe des Saintes Maries de la Mer, avec l'aide de Gérard Lévêque pour les retranscriptions. Oeuvre inachévée et quasiment disparue.

Orchestre ATC

1945

En février 1945, Django enregistre avec l'orchestre de Glenn Miller, dont l'initiateur avait disparu dans un accident d'avion en décembre, bien que cette formation soit managée par une association concurrente du Hot Club de France de Hughes Panassié et Charles Delaunay.

A noter également en 1945, une tournée de Django, en petite formation avec Gérard Lévêque, en Côte d'Azur dans les camps militaires, les théatres et les hôpitaux. Sans cachet. Juste le transport, l'hébergement et les repas payés. Durant cette tournée, il retrouvera également les musiciens de l'Air Transport Command (ATC), dans l'orchestre Army Air Force Band de Glenn Miller, dirigé par Lonnie Wilfong.

Entre fin 1945 et début 1946, Django aura l'occasion de rejouer et d'enregistrer avec cet orchestre ATC Band.

Django Reinhardt et Stéphane Grapelli en Angleterre

1946

Fin janvier , Django retrouve Grappelli en Angleterre, et s'installe avec Naguine et Babik dans un studio confortable dans le même hôtel que lui. Après des retrouvailles très émouvantes, les deux virtuoses complices passent la nuit en duo guitare-violon.

Le 31 janvier et le 1er février, Django et Stéphane enregistrent aux studios EMI d'Abbey Road, avec un quintette reconstitué de Jack Llewellyn et Allan Hodgkiss aux guitares rythmiques, et le jamaïcain Coleridge Goode à la contrebasse. Tous déjà connus de Grapelli.

Un des enregistrements sera une improvisation "La Marseillaise" qui provoquera des réactions hostiles chez certains anciens combattants.

Quelques jours plus tard, Django tombe malade, et doit être hospitalisé. Toutes les émissions prévues à la BBC et la tournée en Angleterre doivent être annulées, et, une fois rétabli, Django doit rentrer en France.

Pendant quelques mois, Django sera oisif, et en profitera pour se lancer dans la peinture. Il est depuis longtemps entouré d'artistes, dessinateurs ou peintres, dont son ami Emile Savitry, et certains de ses complices musiciens, également dessinateurs occasionnels.

En mai 1946, il recrée un Quintette du Hot Club de France, avec Hubert Rostaing à l'alto, Lucien Simoens à la contrebasse, Arthur Motta à la batterie, et Jacques Diéval au piano, au lieu d'une rythmique basée sur la pompe traditionnelle en jazz manouche. Cette expérience sera de courte durée.


Duke Ellington et DjangoLors d'une tournée en Suisse, Django fait la connaissance d'un agent britannique, qui lui fait signer un contrat pour faire une tournée aux USA avec Duke Ellington. Le rêve ! 

Dès le lendemain de son arrivée à New York, il n'a qu'un 1/4 heure pour répéter avant le premier concert avec le big band de Duke Ellington. Pas de problème. On lui fournit une guitare électrique (Gibson ES 300), a laquelle Django doit s'adapter instantanément, ainsi qu'à toutes les orchestrations dans lesquelles il doit intervenir. 

Malheureusement, Duke Ellington n'a pas écrit d'arrangements spécifiques pour Django, qui doit se contenter d'improviser sur quelques orchestrations simples en fin de spectacle. Malgré cela, la tournée, et Django en particulier, ont du succès, dans tous les Etats Unis, et à Toronto au Canada. 

Django au piano avec Duke EllingtonAprès cette expérience frustrante avec Ellington, Django reste à New York quelque temps, pour jouer au Café Society Uptown avec l'orchestre d'Edmund Hall. Accueil à nouveau triomphal, mais Django n'est pas à l'aise dans ce contexte, sans Naguine et Babik, sans ses complices habituels, sans sa guitare Selmer, et sans comprendre l'angais.

Ses dernières semaines à New York ne seront agrémentées que de quelques soirées avec son nouvel ami Marcel Cerdan, et avec Jean Sablon également de passage.

 

1947

Il retourne à Paris en février 1947. En mars, il se produit au "Boeuf sur le toit", avec une formation à nouveau baptisée Django's Music, composée de 11 musiciens.


HCF Soudieux Challain FerretS. Grappelli, Django, Challain Ferret, E. Soudieux, Joseph Reinhardt

En avril, Django retrouve Stéphane Grapelli, son frère Joseph et Matelo Ferret, ainsi qu'Emmanuel Soudieux à la contrebasse, pour de nouveaux enregistrements, dans lesquels chacun des musiciens semble avoir évolué depuis leur dernière rencontre.

En mai, une tournée en Belgique avec Hubert Rostaing, Eugène Vées, Emmanuel Soudieux, et Pierre Fouad, remporte le succès devenu habituel, mais l'organisateur s'envole avec la caisse. Un enregistrement in-extremis en studio permettra de payer le retour à Paris.

Toujours en 1947, Django s'écarte peu à peu de son manager Delaunay, et commence à travailler avec Eddy Barclay. En juillet ils enregistrent au petit studio Technisonor, avec Hubert Rostaing, Joseph Reinhardt, le batteur André Jourdan, et le contrebassiste Ladislas Czabanyck.

1947 Django Rostaing Hugues Panassié Rex Stewart1947 - Hubert Rostaing, Django, Barclay, Hugues Panassié, Rex StewartEn fin d'année, au retour de Grapelli, nouveaux enregistrements avec guitare acoustique, et concerts à la Salle Pleyel, puis à l'A.B.C.

En décembre, le trompettiste américain Rex Stewart, ancien membre du big band d'Ellington, est de passage à Paris, et enregistre avec Django grâce à Eddie Barclay au studio Technisonor, pour deux titres seulement.

1948

Hugues Panassié, acteur incontournable dans la production des musiciens de jazz des années 20 à 40, organise le premier festival de Jazz à Nice. Les meilleurs jazzmen américains sont à l'affiche, mais, du côté des vedettes françaises, il y n'a que Claude Luther et ses lorientais. Le QHCF de Django et Grappelli ne sera invité qu'à la dernière minute, sous la pression des spectateurs et des autres organisateurs. L'oubli intentionnel était motivé par une rancoeur de d'Hugues Panassié à l'égard de Django, après avoir été évincé du label Swing par Delaunay, qui produisait les disques du QHCF.

1948 verra également une courte tournée du QHCF en Angleterre, avec une section rythmique embauchée sur place, car les accompagnateurs se sont faits voler leurs équipements dès le premier soir à l'hôtel, et sont immédiatement rentrés en France.

Fin 1948 : nouvelle tournée en Belgique, avec Hubert Rostaing, Lousson Baumgartner (fils de Django avec sa première femme) à la guitare rythmique, Luis Vola à la contrebasse, et Arthur Motta à la batterie. Naguine et Babik sont du voyage.

1949

En janvier, Django et Stéphane sont embauchés pour 2 mois en Italie, avec une section rythmique romaine : Gianni Safred (piano), Carlo Pecori (cb), et Aurelio de Carolis (batt). Ils alternent les concerts dansants au cabaret Rupe Tarpea, et les enregistrements en studio. Cette période italienne ne semble pas avoir passionné les 2 compères. Après un passage sur scène à Naples, en duo piano-guitare, puis à Milan, ils retournent à Paris.

Au printemps, après une période d'oisiveté dans sa nouvelle caravane avec Naguine, Django retrouve André Ekyan (sax. et clar.), qui réussi à le convaincre de remonter sur scène, à Paris, puis au Touquet en été, puis sur la Côte d'Azur en automne.

Django avec André Ekyan en SuisseOctobre 1949 : Django enregistre à Genève avec André Ekyan (sax), François Vermeille (p), Jean Bouchety (cb), et Christian Garros (bat), formation avec laquelle il avait joué sur scène au Touquet cette même année.

Hiver 1949 : Django et André Ekyan embauchent une section rythmique pour partir en contrat en Italie : Ralph Schecroun (p), Alf Masselier (cb), et Roger Paraboshi (batt). Lors de ce nouveau séjour en Italie, Django et ses partenaires enregistrent également en studio. Il semble malheureusement que les prestations ne furent pas à la hauteur habituelle des formations de Django.

De retour à Paris, il apprend que Lionel Hampton, de passage dans la capitale, voudrait le voir et l'embaucher dans son orchestre pour une tournée aux USA. Mais Django ne le rejoindra pas, se souvenant sans doute de la déception de sa tournée avec Duke Ellington.


1950

Après un bref enregistrement avec Gérard Lévêque et l'orchestre de Jacques Hélian en juillet 1950, Django retourne à ses vacances en roulotte, pour plus de 6 mois.

1951

En janvier, il enregistre pour Radio Luxembourg, avec l'Orchestre symphonique national, dirigé par Wal Berg. Cettte séance semble avoir remis le pied à l'étrier au guitariste, qui enchainera par la suite des concerts avec des musiciens de Jazz plus jeunes que lui, face auxquels il n'aura aucune difficulté à montrer qu'il est toujours au top de sa virtuosité et de son inspiration.

Cette même année verra également Django sur scène à l'occasion de la réouverture du Club St Germain, avec Hubert Fol au saxo, entre autres.

Durant cette période d'activité intense, sur scène et de loisirs dans Paris, Django, Naguine et Babick s'installent dans l'hôte Cristal, en face du club ou il joue.

Eté 1951. Django et ses musiciens se produisent au casino de Knokke-le-Zoute en Belgique, ou il en profite pour fréquenter la salle de jeux, avec succès.

Fin d'été 1951 : Django et sa famille s'installent dans une maison à Samois, dans le sud de Paris. Les activités principales de Django sont alors : le billard, la peinture, et la pêche.

Disque Decca. Django Reinhardt et Roger Guerin1952

Janvier 1952 : Django enregistre 4 nouveaux morceaux pour Decca, avec Roger Guérin (tp), Barney Spieler (cb). Raymond Fol (p), et Hubert Fol (sax), puis retourne à ses occupations non musicales à Samois.

1953

Janvier 1953 : Engagement au club Ringside, près de l'Opéra à Paris, avec Roger Guérin (tp), Hubert Fol (sax) Maurice Vander (p), Pierre Michelot (cb), et Pierre Lemarchand (batt).

Django - Hubert Fol - Dizzy GillespieFin février 1953 : Le Hot Club de Belgique invite à nouveau Django pour une soirée aux Grands Magasins de la Bourse. Le lendemain, il monte sur scène avec Dizzy Gillespie de passage au Théatre Royal des Galleries. Comme souvent sans répétitions préalables, les 2 musiciens, qui s'apprécient beaucoup, font preuve d'une grande complicité.

En mars 1953, Django enregistre un disque de 8 titres, chez Barclay, en vue de la promotion américaine d'une tournée mondiale avec le "Jazz At The Philarmonic", géré par Norman Granz, et destiné à rassembler les meilleurs musiciens de Jazz en jam-sessions.

Avril 1953 : Les Studios Decca enregistre Django, avec Pierre Michelot (cb), Pierre Lemarchand (batt), le vibraphoniste belge Sadi Lallemand, et le pianiste Martial Solal. Séance suivie d'une tournée de 2 semaines en Suisse.

Django, passionné de billardA son retour de Suisse, Django se remet à la pêche et au billard, chez lui à Samois, auprès de Naguine et Babik. Depuis quelque temps, il a des maux de tête et des problèmes aux doigts, mais il refuse de consulter un médecin.

Le 15 mai, attablé à la terrasse de "Chez Fernand", avec Naguine et Babik, Django s'effondre. Il reste suffisament conscient pour encore refuser qu'on appelle un médecin, qui arrivera néanmoins le lendemain matin, diagnostiquant une congestion cérébrale.

Enterrement de Django16 mai 1953 : Django décède à l'hôpital dans l'après-midi.

"Le Jazz français ne pouvait subir de perte plus irréparable, et c'est le Jazz mondial qui est atteint tout entier." - Boris Vian.

Plusieurs de ses descendants se sont aussi fait connaitre en tant qu'excellents guitaristes : Lousson Reinhardt (fils de son 1er mariage, 1929-1992), Babik Reinhardt (fils de son second mariage (1944-2001), David Reinhardt (fils de Babik), entre autres.

 

Le génie vagabond (Livre)

Volontiers réservé, s'exprimant d'ordinaire avec prudence, il lui suffit de pincer les cordes vocales de sa guitare pour ne plus craindre de prendre la parole, pour aquiescer, renchérir, bavarder haut et fort, marquer quelques brillants effets d'orateur, jamais braillard, toujours disert et, jusque dans les silences qui sont autant de marques d'attention ou d'approbation, il semble encore nourrir son discours.

Tags

discogs

wikipedia

youtube


Traductions :

Chaque page de ce site peut être affichée en 12 langues. Comme il s'agit d'une traduction automatique, il a fallu éviter les contre-sens, ou non-sens, dus à des expressions trop spécifiques au français, une fois traduites dans certaines langues. Si vous constatez ce genre d'erreurs de traduction dans votre langue, merci de me le signaler par ce formulaire.